Teresa Gierzynska_ONiej_IV_

les échos de l’image


Je ne devais pas avoir dix ans. Le souvenir d’un couloir avec d’abord sur ma gauche la salle d’attente avec banquette orange en toile épaisse. Lire la suite →

paysage 158_2018

Image-moment


-Ce qui est extraordinaire, lui dis-je, c’est la façon dont vous savez regarder les choses !
-Mais pas du tout ! Ce sont les choses qui me regardent !
Raymond Guérin/Curzio Malaparte

Note : j’ai vérifié souvent ce retournement qui fait que les objets les plus opaques et les murs les plus aveugles font l’effet de là où ils sont de répondre quelques fois d’un regard. Lire la suite →

kantinka bock IAC

le goût des traces


« L’homme est muet, c’est l’image qui parle ».
André Du Bouchet

« La merveille des traits et des mots, on l’oublie, est due à ce qu’ils mènent ailleurs -, avant d’impitoyablement nous tirer à eux, à nous. De nous mener d’abord à ce que nous voyons ».
André Du Bouchet

« Un tableau reste contemporain de celui qui le regarde, même s’il a été peint il y a longtemps. Une photographie est-elle contemporaine d’autre chose que du moment où elle a été prise ? »
Emmanuel Hocquard Lire la suite →

john Berger

A ton tour


Deux hommes, père et fils s’envoient des images accompagnées de quelques mots. Au fil des jours se fait un dialogue, se manifeste ce que c’est qu’entendre, que lire. Lire la suite →

constellation kiefer

Constellations


L’existence à un caractère étendu. Chaque vie à sa durée, l’espace et le temps leur géographie. Les formes se chevauchent, s’emboitent, s’interpénètrent, se combinent parfois et puis se succèdent quand une manière de rythme les détache. Ce sont la subjectivité et les jeux du hasard qui lèvent des figures, hérissent des reliefs, fondent des lieux comme autant de points disséminés, autant de traces. Nos propres mouvements, parcours et dérives, obsessions, nécessités aux arguments divers y dessinent des liens, une heuristique, des constellations. C’est le visage occasionnel que nous fait la vie, notre géométrie. Comme le regard lui-même a ses lacunes et points de focalisation ou d’insistance. Lire la suite →

IMG_3147

depuis où et vers quoi


C’est peut-être d’avoir lu successivement ces derniers jours des articles sur les poètes dadaïstes, surréalistes, les situationnistes, la beat generation et ses clochards célestes, d’avoir écouté un documentaire sur la vague punk des années 80 en France. Ou peut-être que ça n’a rien à voir. Lire la suite →

claire chesnier

basculer le regard


Il s’est fait depuis quelques centaines d’années, dans le monde occidental au moins, que les œuvres s’apprécient à distance, disposées sur un socle pour les sculptures et pendues à un clou au mur pour les images. Non seulement dans l’espace physique des lieux d’exposition, mais aussi dans l’espace mental en lequel nous nous les représentons en leur absence. Lire la suite →

santorin

rêveries ondulations dérives


L’universalisme des encyclopédistes des lumières mobilisa une soif de l’enregistrement, un désir de rationaliser les choses de la vie en les couchant côte à côte par familles qui traverse tout le XIXe siècle, justifiant quantité de tableaux comparatifs ou édifiants, planches pédagogiques, atlas aussi bien dans les registres de la botanique et de l’entomologie que de la géographie, la médecine ou la criminologie. Lire la suite →

IMG_2898

boites et petites machines désirantes


Il arrive parfois qu’au contact d’un objet insaisissable l’intelligence s’affole en lançant autour d’elle tous ses membres, comme, tombé dans l’eau, un homme qui ne connaît pas la nage lutte dans la panique pour ne pas sombrer. Lire la suite →

IMG_2421

De plus


De plus, je me souviens de Proust évoquant les multiples apparences d’Albertine dans leurs diverses rencontres et donc la somme en quoi elle devait consister pour l’auteur. Lire la suite →