2019 : Libr-vacances, par Fabrice Thumerel.

« La maison, bouquet d’impressions : habiter / être habité, passée / pensée / passive / pensive… « 

Lire la suite

2019 : Habiter, par Stephen Dock, Zakarian-Navelet, Arnaud Maïsetti, Sereine Berlottier et Jérémy Liron, par Fabien Ribery

« De l’autre côté du mur, il y a tout à inventer, réinventer, réagencer dans le neuf et la mélodie des jours, seuls et ensemble. »

Lire la suite

2019 : Habiter, texte de Sereine Berlottier, peintures de Jérémy Liron par Carole Darricarrère.

« Cela commence piano piano par une petite annonce dans un journal ou sur un écran mais pourrait aussi bien apparaître comme une disparition ; une maison est quelque chose qui fait surface dans le temps »

Lire la suite

2019 : Il y a…, par Sabine Huynh.

« Enfin, « éclairant » le texte, il y a ce jaune-vert-lichen lumineux des maisons peintes par Jeremy Liron, qui donnent l’impression d’être sous-marines »

Lire la suite

2019 : Sereine Berlottier & Jeremy Liron : Habiter, traces & trajets, par Eric Pessan.

« textes et images totalement autonomes dialoguent pour créer ensemble une troisième voie. »

Lire la suite

2019 : Sereine Berlottier et Jérémy Liron construisent un livre à habiter, par Adrien Meignan.

« Ce serait finalement l’objectif de chaque livre, offrir un lieu où notre imaginaire peut vivre, se déployer et continuer à s’élargir. »

Lire la suite

2019 : Jérémy Liron, Chronique, par Juliette Mantelet.

Ce qui fascine le peintre par-dessus tout ce sont les jeux plastiques entre une architecture purement géométrique composée de lignes, d’angles, de cubes et les gestes et matières du végétal.

Lire la suite

2019 : Jérémy Liron : perception d’un vide inévitable, par Marie Zimberlin.

Il ne reste plus qu’à contempler, qu’à retenir un extrait de vie, un geste, peut-être celui de la feuille d’un arbre.

Lire la suite

2019 : L’humble usage des objets, par Baptiste Vanweydeveldt.

C’est une somme d’unité discrètes qui constitue un corpus parfois hétérogène par ses formes, mais à l’image d’une République ne niant pas ses minorités comme valeurs ajoutées…

Lire la suite

2019 : Jérémy Liron, parcours en « pente douce ».

Pas de personnes, d’animaux, de voitures mais des ombres portées, des lumières, des masses qui structurent l’espace : un arbre, une pelouse, un massif de fleurs donnant à ces œuvres un côté énigmatique.

Lire la suite