2020 : Armand Dupuy « lecteur » de Jérémy Liron, par Jean-Paul Gavard-Perret.

« La fragmentation (qui ne nie pas pour autant l’unité) permet la transgression de la frontière de la peinture mais à l’intérieure du cadre et non en dehors »

Lire la suite

2020 : face à ce creux du regard, par Lionel Bourg.

N’empêche. Le doute règne. On se demande quelle respiration, quelle mort, même, et quelle catastrophe tremblent non pas derrière mais à l’intérieur, sous l’écorce ou l’épiderme des choses dont on ignorait à ce stade la dangereuse banalité.

Lire la suite

2020 : Faire surgir la réalité, par Jean-Paul Gavard-Perret.

« Faisant voir à par­tir de la toile ce qu’elle montre et engage elle-même, Jérémy Liron déploie un autre lieu en une sorte d’acte poé­tique construit sur l’exécution d’une répé­ti­tion de divers motifs. »

Lire la suite

2020 : La densité de Jérémy Liron, par FL. GO.

« et pourtant la densité du regard est telle qu’elle imprime comme une présence vibrante sur ces toiles figuratives élégantes, d’une simplicité et d’un calme trompeurs »

Lire la suite

2019 : Peggy Viallat-Langlois et l’adhésion dégagée de l’ombre, par JP Gavard-Perret.

« elle confectionne sa propre dentelle de couleur tandis que Liron la modèle de ses phrases »

Lire la suite

2019 : Peggy Viallat-Langloy&Jeremy Liron, visagéités de la Vanité, par JP Gavard-Perret.

« Il y a là des expériences-sources où le crâne retrouve une forme de vie gra­vi­ta­tion­nelle en de tels prin­cipes créa­teurs. »

Lire la suite

2019 : Une île, par Isabelle Bernini.

« Baignés d’une lumière intense, parfois ambiguë, les paysages de Jérémy Liron évoquent tout autant le présent que le souvenir. »

Lire la suite

2019 : Habiter. Un livre de Sereine Berlottier et Jérémy Liron aux éditions Les Inaperçus, par Georges Guillain.

« la reprise quasi obsessionnelle de la même courte gamme chromatique qu’utilise ici Jérémy Liron forment une stimulante combinaison avec la grande mobilité et les incessants déplacements auxquels se livre l’écriture toute en relances et ruptures, en seuils, de Sereine Berlottier »

Lire la suite

2019 : Habiter, par Jacques Josse.

Habiter un lieu, un espace, y faire halte de façon éphémère ou s’y poser durablement, n’est pas une mince affaire. Celui ou celle qui s’installe ne le fait pas inopinément.

Lire la suite

2019 : Libr-vacances, par Fabrice Thumerel.

« La maison, bouquet d’impressions : habiter / être habité, passée / pensée / passive / pensive… « 

Lire la suite