2022 : De l’inquiétante étrangeté du paysage, par Catherine David.

De l’inquiétante étrangeté du paysage, par Catherine David in La Montagne.

Jusqu’au 31 juillet à l’Espace d’art contemporain de Rognac, sur la commune de Saint-Arcons, lieu créé par l’artiste local Johan Bonnefoy, le public est vivement convié à découvrir une exposition collective baptisée « Paysages ». Un projet soutenu par la Drac AuRA et la chercheuse en arts Noémie Cursoux, commissaire de l’événement.
Neuf jeunes artistes de la peinture contemporaine, à savoir Yann Lacroix, Adrien Belegrand, Jérémy Liron, Julie Susset, Guillaume Montier, Brice Robert, Emmanuel Moralès, Clémentine Chalançon et Johan Bonnefoy lui-même, ont confié à l’Espace de Rognac une ou deux œuvres représentatives de leur conception originale du paysage, genre majeur de la tradition picturale française depuis le XVIIIe siècle.
Le visiteur sera d’emblée ébloui par la virtuosité de ces jeunes talents soucieux d’exactitude jusque dans le détail. De fait ombres et lumières, cadrages, chromatismes et choix des motifs ne manqueront pas de surprendre. De l’architecture moderne d’une villa entraperçue sous la végétation provençale de Jérémy Liron à la piscine désertée, éclairée de l’intérieur dans une nuit d’un calme saturnien d’Adrien Belegrand, il faut suivre les chemins, parfois inquiétants, de ces visions singulières.
Morceau de lotissement sous un buisson de bambous de Brice Robert, feuillages confinant à l’abstraction de Julie Susset, rochers bleus au bord d’une rivière émeraude de Guillaume Montier, fragments de lichens macroscopiques de Clémentine Chalançon, vallée à l’esthétique numérisée d’Emmanuel Moralès, ou encore éléments de nature pris entre trois aplats monochromes de Yann Lacroix… Sans oublier les deux œuvres de Johan Bonnefoy, deux petits bijoux de précision aux atmosphères palpables, où l’incendie d’un côté, l’orage de l’autre, semblent menacer la nature dans son être même.
« Paysages » rend compte de l’infinité des possibilités picturales autour d’un même sujet qui retrouve depuis quelques années ses lettre de noblesse. Les neufs artistes exposés à Rognac, par leurs regards, se réapproprient à leur tour le paysage, source inépuisable d’inspiration.